Bienvenue sur la section basket de l'association USOL

 

Article FFBB Citoyen Maif Focus sur l'Usol basket sur le site de la Ligue Auvergne Rhône Alpes de Basket Ball

Article FFBB Citoyen Maif Focus sur l'Usol basket sur le site de la Ligue Auvergne Rhône Alpes de Basket Ball

Label FFBB Citoyen MAIF – Focus sur l’USOL Vaugneray Brindas Basket

Le label FFBB Citoyen MAIF est attribué aux associations affiliées à la FFBB qui s’appliquent à intégrer une démarche citoyenne dans leur projet de développement. Vous êtes intéressés ?

  • Plus d’informations ici
  • Contactez la commission Citoyenneté ici

Certains clubs de la région ont sauté le pas et obtenu le label FFBB Citoyen MAIF. L’USOL Vaugneray Brindas Basket a été l’un des premiers de la région AuRA à l’obtenir. Nous avons échangé avec Hélène LION, responsable de la section basketball au sein de l’association multisports USOL Vaugneray Brindas.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de candidater pour ce label ?

Nous avons entendu parler du label par hasard, lors d’une conférence autour du Basket Santé organisée par le comité durant laquelle il y a eu une présentation du label FFBB Citoyen MAIF. En l’écoutant, nous avons remarqué qu’il correspondait à ce que nous faisions et que ça ne serait donc pas compliqué de rentrer dans les cases. Pour les petits clubs comme nous, ce label permet une mise en valeur que les résultats sportifs ne permettent pas toujours puisque nous ne sommes pas un club professionnel. Nous avons monté notre premier dossier et avons obtenu le label FFBB Citoyen MAIF pendant la saison 2016-2017. Au début, il n’y avait pas d’étoile, c’est au renouvellement que nous avons obtenu notre première étoile puis la deuxième étoile la saison dernière.

Le processus de candidature a-t-il été facile ? Quels conseils donneriez-vous à des clubs qui souhaitent postuler ?

Le premier dossier de candidature était différent de celui actuel, mais ils sont tous les deux sous forme de questions/réponses, ce qui facilite la candidature. Nous avons eu la chance, lors de la constitution de notre premier dossier, d’avoir un entraineur qui avait la fibre écolo et qui nous a donné des idées, ainsi qu’un joueur sénior que travaillait dans le domaine des déchets. Il nous a conseillé puis est parti à Pontarlier, où il a aidé son nouveau club à monter son propre dossier de candidature !

Jeux du plateau U7 sur le thème du recyclage – Crédit photo : USOL basket

Le plus difficile, c’est d’avoir des actions en rapport avec le label déjà en place. Il est possible de s’aider du dossier, qui peut donner des idées. Par exemple, il nous a donné l’idée de mettre en place un plateau U7 sur le thème du recyclage une année. L’objectif ensuite est de rester au point sur le sujet, de toujours chercher à progresser dans le domaine. En tant que tel, le dossier est facile à constituer ; c’est la mise en place réelle de son contenu qui peut être un défi.

Quelles mesures avez-vous mis en place ?

  • Concernant le pilier Ethique et Respect, nous affichons les campagnes de sensibilisation comme celle « Un Supporter ou Insupportable » de la FFBB ou celle sur la civilité du comité du Rhône. Leur placement est pensé de manière à toucher les cibles, et elles sont donc placées sur les poteaux auxquels le public fait face.

De manière générale, nous avons très peu de problèmes d’incivilité. Nous mettons en place des réunions d’informations ; animées par les coachs et si besoin un dirigeant, pour les parents en début de saison, même si cette année, la situation n’a pas permis de le faire pour toutes les catégories. Au niveau des joueurs et joueuses, chaque entraineur décide s’il fait signer une charte et ce sont eux qui règlent le problème, si problème il y a, avec la personne concernée. Cependant, dans le cas où cette intervention ne suffirait pas, la sanction peut aller jusqu’à l’exclusion.

La campagne « Je joue J’arbitre Je participe » est également affichée. Nous avons comme objectif large de faire découvrir l’arbitrage et l’OTM à nos jeunes joueurs, toujours en binôme avec des licenciés plus aguerris dans le domaine. Au moins deux jeunes OTM sont formés chaque saison par le biais de la formation de l’INFBB OTM club.

Nous avons par ailleurs songé dans le passé à mettre en place une sensibilisation sur les addictions et notamment le tabagisme avec l’aide d’une licenciée gendarme et pompier volontaire, car nous avions des adhérents touchés mais cela semble être passé, et donc moins pertinent à présent.

  • Pour le domaine Environnement et Transition Ecologique, nous n’utilisons plus de vaisselle jetable ou, si nous n’avons pas le choix, c’est en carton ou papier.

Ecocups de l’USOL basket – Crédit photo : USOL basket

Les gobelets et couverts en plastique ne sont plus utilisés depuis très longtemps et nous ne donnons plus de bouteilles en plastique à nos joueurs. Une partie de la vaisselle réutilisable provient de dons de la part des adhérents, et les gens prennent de plus en plus l’habitude de prendre des gourdes plutôt que des bouteilles plastiques.

Eclairage LED du gymnase de l’USOL – Crédit photo : USOL basket

Les plannings de transport en covoiturage sont créés par les coachs. De plus, le club est à cheval sur trois communes, on essaie donc d’aider à l’organisation de covoiturage pour les entrainements afin que ceux d’une même commune viennent ensemble. Pour les rencontres à domicile et les entrainements, la salle a été équipée avec un éclairage LED qui a été mis en place il y a 3 ans. C’est la première salle du département à avoir été équipée de cette manière. Nous avons la possibilité de ne mettre que la moitié des lampes dans le cas où seulement la moitié de la salle serait utilisée. Des détecteurs de mouvement et des boutons-poussoirs sur les robinets ont été installés dans les toilettes afin de ne pas consommer de l’électricité ou de l’eau si personne n’en a l’usage.

Nous effectuons le tri sélectif des déchets, avec la mise en place de poubelles adéquates, même pour nos manifestations. Nous avons digitalisé l’administration du club : nous utilisons les mails ou les réseaux sociaux pour communiquer et certains entraineurs utilisent des applications par exemple pour savoir si leurs joueurs seront présents à l’entrainement. Même nos comptes-rendus de réunion ne sont plus en papier, mais digitaux. Le site internet est désormais la source d’informations principale et est mis à jour très régulièrement. Nous plastifions les affichages essentiels comme les tarifs de la buvette afin que leur durée de vie soit plus longue

Pour les gouters et repas, nous privilégions les produits de saison et donnons des pichets avec du sirop plutôt que des boissons dans des bouteilles en plastique. On demande également aux parents d’éviter les mets industriels et de privilégier les desserts maisons et les fruits par exemple.

  • Pour le pilier Intégration et Diversité, nous mettons habituellement des actions de sensibilisation en place, même si la situation actuelle nous a limités. Nous collaborons régulièrement avec la MJC et la mairie. Par exemple, nous accueillons les jeunes roumains qui viennent régulièrement à Vaugneray, depuis leur ville, jumelée.

Nous avons fait don de nos anciens maillots, que nous avons remplacés par des maillots plus récents, à une association béninoise qui fait la promotion de la pratique du basketball au Bénin. Par ailleurs, nous avons un partenariat en place avec l’association de Twirling Bâton de Vaugneray qui anime les pauses lors de matchs de gala, par exemple ceux de la Coupe Territoriale.

Basket Santé à l’USOL – Crédit photo : USOL basket

Nous avons été le second club du Département à obtenir le label Basket Santé, et parmi les premiers de la région Auvergne-Rhône-Alpes à obtenir le label « Structure fédérale Basket Santé », qui est le plus haut label décerné dans le Basket Santé. Notre section Basket Santé est constituée en particulier de personnes plus âgées, touchées ou non de pathologies. Lors de la journée de promotion des sports de la communauté de communes de 2019, les membres de la section Basket Santé ont mis en place des animations accessibles à tous, ce qui a permis leur mise en valeur et celle de la pratique.

Nous avons également essayé de créer une section Loisirs Basket Santé jeunes à destination des jeunes qui ne veulent pas faire de compétition, mais cette idée n’a pas trouvé son public pour le moment. Nous chercherons tout de même à la développer dans le futur. Notre équipe loisirs est mixte du point de vue non seulement du sexe puisqu’on y trouve des hommes et des femmes, mais également de l’âge, puisque les adhérents y ont de 20 à 60 ans.

Parmi adhérents et entraineurs, il y a des étudiants en STAPS et beaucoup d’entre eux font des stages dans le club. Par exemple, en 2020, le projet d’un étudiant de L3 était de mettre en place un tournoi U9 qui n’a finalement pas pu avoir lu à cause de la crise sanitaire. Actuellement, nos licenciés comptent 3 étudiants en STAPS dont un fait son stage dans le club. Si l’un de nos licenciés n’avait pas été pris en STAPS pour cette saison, il aurait fait un Service Civique au sein du club. Nous accueillons également des stagiaires de 3ème au sein de l’association multisports : nous pouvons donc même accueillir des stagiaires issus d’autres sections sportives.

  • Concernant le pilier Solidarité et Partage, nous offrons la possibilité à nos adhérents de payer leur licence en trois à cinq fois, et l’association multisports à mis en place une réduction « famille », quand 3 membres et plus d’une même famille sont licenciés dans l’association multisports. Il existe également des aides municipales pour pratiquer le sport dans les communes.

Nous récupérons les chaussures et vêtements de sport qui sont utilisables et en faisons don, en particulier à nos licenciés du foyer d’enfants placés. Nous participons chaque année au téléthon avec l’association multisports. Au sein de celle-ci, nous mutualisation le matériel. Par exemple, le matériel de gym volontaire peut être utilisé pour le Basket Santé.

Nous organisons des stages chaque année, même si c’est compliqué depuis début 2020. Chaque été, l’association multisports propose deux semaines de stage multisports qui sont ouvertes à tous, adhérents ou non.

  • Nous avons subi une perte de 40 adhérents cette année, donc elle n’est pas très représentative pour le pilier Pratique Féminine et Féminisation. La saison précédente, nous comptions 58 femmes parmi nos 228 adhérents. Nous n’avons pas une équipe féminine par catégorie, et c’est en particulier compliqué chez les tous petits, chez lesquels les filles ont déserté la pratique: celles qui restent sont dans des équipes mixtes, mais ça ne leur plait pas souvent. Notre objectif est de créer un groupe U11F et un groupe DF3 prochainement. On remarque également que les joueuses partent après avoir eu leur baccalauréat, pour leurs études supérieures, probablement car nous sommes éloignés des centres universitaires.

U15F saison 2019/2020 USOL – Crédit photo : USOL basket

Nous avons tout de même essayé de mettre en place une entente avec Soucieu une année, mais elle n’a pas été maintenue. Nous avons des équipes féminines en U15 (avec des U13 surclassées) et U18, et des licenciées féminines en U7, U9, Basket Santé et Loisirs mixte. Nous n’avons pas beaucoup de licenciées arbitres mais une de nos U15 a entamé une formation d’arbitre JACC. Par ailleurs, une jeune fille étudiante en STAPS a pris en main les U15F durant une saison avec une autre coach, et elles ont fait l’objet d’un article dans notre journal municipal.

Dans la section basketball de l’association multisports, nous sommes 3 femmes sur 12 membres du bureau ; je suis moi-même la responsable de la section et je fais partie des 6 femmes responsables de sections sur les 10 qui composent l’association multisports. J’ai eu la chance de recevoir une récompense du comité départemental olympique. Le comité directeur de l’association est lui constitué de 8 femmes et 6 hommes.

En tout, nous avons obtenu actuellement 13 critères incontournables et 14 critères optionnels

Par quelles évolutions ces mesures sont-elles passées au fil des années ?

Nous avions déjà des actions dans les domaines sociaux et environnementaux avant notre candidature au label, donc elles sont déjà bien développées et nous avons moins de matière à progresser au fur et à mesure à ces niveaux-là. Nous cherchons tout de même à travailler sur tout, à continuer sur notre lancée de développement de tous les domaines de critères. Le plus dur reste la féminisation, qui est le domaine le plus dur à maintenir pour nous dans les critères. La concurrence du football féminin dans les communes avoisinantes a probablement un impact sur ce phénomène car c’est une discipline qui prend de l’ampleur et qui attire le public féminin ayant un attrait pour les sports collectifs.

Quelles retombées avez-vous pu observer auprès de vos licenciés depuis l’obtention de ce label ? Leur comportement a-t-il changé ?

Pour nous, le label n’est pas vraiment un changement mais plutôt une valorisation, ce qui n’est donc pas toujours visible pour nos licenciés. En effet, on a toujours fonctionné sur les valeurs que le label véhicule, donc nos façons de faire y sont toujours inscrites depuis 8 à 10 ans et les licenciés n’ont pas forcément remarqué de changement, d’autant plus que le développement de nos actions a été progressif.

Avez-vous pu observer des retombées autres, dont votre club a été bénéficiaire (par exemple en matériel ou en moyens financiers) ?

Nous n’avons pas eu de retombées en termes de matériel ou financiers pour ce label, bien que nous essayions de le valoriser. C’est plutôt notre image qui a évolué grâce aux valeurs véhiculées par le label FFBB Citoyen. Au niveau des communes et des élus, c’est une obtention qui est bien vue mais elle ne s’est pas traduite au-delà de notre image.

Quelles sont les améliorations prévues ?

La situation étant un peu compliquée actuellement, le développement de nos actions citoyennes n’est pas notre priorité. Nous y songerons lorsque la situation reviendra à la normale, avec par exemple les plateaux de la saison dernière qui n’ont pas pu avoir lieu. Les nouvelles choses que nous souhaitions mettre en place sont en stand by pour l’instant, on avance au jour le jour.

Pour conclure, que diriez-vous à des clubs qui hésitent à candidater pour ce label ?

Je leur conseillerais de regarder ce qu’ils font déjà car des fois on ne se pose pas la question mais on fait déjà des choses sans le savoir. Le dossier n’est pas difficile à constituer mais il prend du temps qu’il faut savoir lui accorder. Rentrer dans certaines pratiques encourage à aller plus loin, l’obtention du label FFBB Citoyen MAIF donne la motivation de s’améliorer dans les domaines qu’il concerne. Il faut donc avoir l’envie de progresser dans ces valeurs, et avoir une fibre citoyenne. Les clubs qui hésitent devraient dans un premier temps regarder les critères du label pour se donner idée de l’adéquation entre leurs valeurs et celles du label. Il faut tout d’abord voir le label FFBB Citoyen MAIF comme une valorisation de son travail, une mise en valeur de son image : il faut candidater avant tout parce qu’il correspond à votre façon de penser et d’être en tant que club.

Nous remercions Hélène Lion pour le temps consacré à cet échange

Modifié le mardi 23 février 2021


HAUT